Sophie, faire confiance à la créativité

Chère inconnue, je suis stressée.

Elles m’ont dit « tu as une tribune libre pour parler aux femmes, fais toi plaisir ! ».
J’ai eu le vertige. Alors que parler c’est mon job.
Mais là. Le vide. J’ai attrapé mon manteau et mes clefs et j’ai erré dans mon quartier en même temps que dans mon cerveau.
 
Que puis-je dire aux femmes ?
Avancer sans se limiter.
Laisser aux autres les « on dit que » et « c’est impossible ».
Essayer, réussir ou rater et, inlassablement, apprendre.
On dirait un mauvais discours de remise de diplôme.
 
Rendons ça plus concret. J’ai 26 ans, je suis psychologue et, j’aide des personnes à s’orienter. Si tu relis mon CV, tu te diras que j’ai de la chance* car c’est cohérent.
Si tu savais.
A chaque transition, je rebats les cartes avec une conviction déconcertante. Top 3 de mes dernières envies : fleuriste, Responsable RH en usine, architecte

Pourquoi je rêve autant ? Parce que ça me permet de re-choisir.
J’ai toujours détesté choisir : trop d’idées et l’impression de m’enfermer. Et puis ce « choisir c’est renoncer » qui résume toutes mes peurs de passer à côté de ma vie.

Un jour, j’ai entendu « choisir c’est privilégier ».
La découverte !
Choisir ne serait pas QUE perdre ?

Bien sûr mon envie de vendre des fleurs existe toujours. Et n’a rien avoir avec mon quotidien. Mais avoir privilégié la psychologie dans mes choix passés, me permet d’aimer ce que je fais aujourd’hui.
Choisir n’est plus un enfermement, c’est juste devenu un guide.
Est-ce que je créerai des bouquets un jour ? Peut-être car je crois que la vie est plus créative que moi !
 
Voilà, chère inconnue,
Ecoute-toi, cultive ce que tu veux privilégier.
Et fais confiance à la créativité de la vie pour le reste.
 
Sophie
 
PS : *Je ne crois pas à la chance. Aux petits pas et à la bonne volonté qui saisissent l’opportunité imprévue, oui. A la chance qui tombe sur certains et pas sur d’autres, pas une seule seconde.

PS 2 : D’autant plus, que la chance qui facilite la vie de certains induit quelque chose d’horrible : croire que bientôt, il n’y aura plus de gâteau pour toi. Cette copine qui se marie ou celle-là qui a un job de rêve, ne t’enlèvent rien. Tu gardes 100% de probabilité de t’épanouir. Oui, il y a une place rien que pour toi.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *