Pour vivre amoureusement : renoncer au Prince Charmant

Qu’est-ce qu’une « amoureuse » ? Nous avons eu la chance de pouvoir poser la question à Cécilia Dutter, écrivain et passionnée du sujet !


« Dans mon nouveau roman intitulé « L’Amoureuse », j’ai souhaité revenir sur le parcours de la figure intemporelle et universelle de Marie-Madeleine. Elle symbolise à mes yeux l’amoureuse par excellence. Des hommes dans un premier temps, lorsqu’elle est alors la célèbre « courtisane de Magdala », cette femme aux mœurs relâchées, fière de sa jeunesse et sa beauté, qui se donne à tous ceux qui la « croquent », recherchant inlassablement la justification de son existence dans le regard masculin…

Elle finit toutefois par comprendre que cette course à la séduction l’a perdue et, grâce à la rencontre de ce prophète nommé Jésus qui ne la juge pas et lui donne inconditionnellement son amour, elle réoriente sa quête. À ses côtés, elle découvre une autre relation aux hommes et à elle-même. Soudain, l’amoureuse désordonnée des débuts s’ouvre à l’amour-don de soi pour l’autre, qui se manifeste, en l’espèce, par une superbe amitié où chacun puise en l’autre des forces pour grandir et resplendir. Puis, elle ouvre encore son cœur pour accueillir l’amour universel en dialoguant avec cette étincelle divine qu’elle abrite en elle.


Selon vous, à quoi doit-on renoncer, aujourd’hui, pour « vivre amoureusement » ?

« Le parcours de libération intérieure et d’élévation que je viens de décrire me semble très inspirant. Combien d’amoureuses de l’amour, en quête d’un idéal masculin impossible à trouver, puisque tout idéal est une utopie ?

Et si les amoureuses du XXIème siècle, à l’image de cette jeune Juive du Ier siècle qu’était Marie-Madeleine, commençaient par s’aimer et respecter leurs véritables désirs… Si elles tentaient de gagner d’abord leur liberté en elles-mêmes, en s’affranchissant d’une fausse liberté qui les éloignent de leur vérité et renouaient un rapport apaisé, simple et fluide avec l’amour, dans le cadre d’une relation où le charnel aurait toute sa place dans l’estime et le respect de chaque partenaire.

Pour « vivre amoureusement », ne faudrait-il pas renoncer au Prince charmant pour créer un espace où l’amitié, la solidarité, la complicité, la complémentarité entre hommes et femmes auraient toute leur place et où la sexualité s’inscrirait naturellement dans cette vie à inventer à deux ? »


Un immense merci Cécilia pour votre disponibilité !


✍🏻 Cécilia Dutter, auteur notamment de « L’Amoureuse : le roman de Marie-Madeleine » aux éditions Tallandier.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *