Marion, secouriste en haute montagne


Bonjour Marion,


1. Peux-tu nous parler d’abord de tes passions ?

Mes passions sont la montagne et plus particulièrement l’alpinisme, le ski, l’escalade et la cascade de glace.


2. Parle-nous de ton métier et du chemin parcouru jusqu’à lui.

Je suis secouriste CRS montagne. Le chemin est long pour arriver jusque-là ! Il faut des semaines et des semaines de formation.


3. Comment tes passions s’expriment-elles dans ton métier ?
 
Juste une remarque, les passions rendent « passif » de ses activités. On est obnubilé par son sport au point d’en oublier ses proches et soi-même. Alors, je préfère parler d' »activités préférées ». J’ai été passionnée mais, aujourd’hui, c’est fini. Mon métier me permet de vivre mes activités préférées à fond puisqu’une grande partie de notre temps de travail consiste à s’entraîner dans mes sports de prédilection !


4. La féminité a-t-elle une place dans ton métier ?

Pas du tout ! Et c’est bien dommage. Nous sommes une trentaine et je n’ai pas de collègue femme. La masculinité ambiante est parfois pesante et toxique. Plus jeune j’avais du mal de me « trouver » en tant que femme parmi mes collègues. Un besoin d’être acceptée dans le groupe me poussait à me comporter en « bonhomme » et me mettait très mal à l’aise.


5. Pour toi, qu’est-ce que la féminité ?

Alors c’est une bonne question et je peux affirmer que je n’ai pas la réponse ! Pour moi, la féminité c’est quelque chose au fond de nous qui n’est pas nécessairement réservé aux femmes. Quelque chose de sacré ou de cosmique, quelque chose qui dépasse notre monde matériel. Pour ma part, je pense j’ai largement perdu ma part de féminité en tant que seule femme dans un monde professionnel exclusivement masculin. Je me sentais mal à l’aise, incomplète, comme si je devais jouer un jeu pour me faire accepter par le groupe. Je pense que c’est ma part de féminité qui avait été exclue. Je pensais qu’il suffisait d’être féminine pour retrouver sa féminité mais ce sont bien deux choses différentes. La féminité n’a rien à voir avec une mini-jupe, du rouge à lèvres ou des boucles d’oreilles !


Merci Marion !


– propos recueillis par Marie-Amélie Clement

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *