«L’avenir appartient à celles qu’on aime trop»



Pour ce samedi soir, en cette toute fin de février, nous vous proposons de (ré)écouter une jolie chanson.

« Mesdames » avec la voix grave et la poésie rythmée de Grand Corps Malade.

Une ode aux femmes.

Comme ça, juste pour le plaisir.

« Vous êtes nos mères, vous êtes nos sœurs, vous êtes caissières, vous êtes docteurs
Vous êtes nos filles et puis nos femmes, nous on vacille pour votre flamme
Comment ne pas être en admiration et sans commune mesure
Pour celles qui portent et fabriquent pendant neuf mois notre futur
Pour celles qui cumulent plusieurs emplois et ce sans sourciller
Celui qu’elles ont dans la journée et le plus grand, mère au foyer
Veuillez accepter mesdames cette réelle admiration
De votre force, votre courage et votre détermination
Veuillez accepter mesdames mon aimable faiblesse
Face à votre fragilité, votre empathie, votre tendresse
Veuillez accepter mesdames cette petite intro
Car l’avenir appartient à celles qu’on aime trop. »

@grandcorpsmaladeoff

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *