La féminité à l’épreuve de la pornographie

 » La pornographie, ce n’est pas quelque chose. Ce n’est pas un film, des films, des millions de films sur la Toile. Ce sont les yeux qui se posent sur elle. […] Ce ne sont pas d’abord, ou finalement, des producteurs, un marché, des acteurs, une industrie, une culture, une contre-culture, un art, un droit, une façon de s’éclater, une classification juridique en vue d’un visa d’exploitation. C’est une manière de capter le regard : de le sidérer. C’est une façon de le perdre.  » – Martin Steffens


Et le regard du féminin dans tout ça ?
Le regard de la femme sur la pornographie et de la pornographie posé sur elle ?

Femme abusée, désabusée, consentante, objet, actrice, performeuse, sexuelle et désincarnée. Mais pas que. Femme spectatrice, accro, fantasmée et fantasmant. Derrière son écran comme devant.

Homme abusif, exploitant, consommateur, performant et tout puissant. Mais pas que. Homme perdu, abîmé, désorienté et proie de choix de l’industrie commerciale. Maitrisant maîtrisé.

De la pornographie, vous avez soit tout entendu, soit rien du tout. Elle se tient éloignée de vous ou vous possède bien au contraire. Quel que soit votre rapport avec elle, elle est là, elle fait ses ravages jour après jour chez ceux que vous identifiez, ceux que vous connaissez, ceux que vous protégez et ceux que vous ignorez. C’est un fait, on ne peut plus la nier.

Au CAFÉminin, nous nous sommes demandé comment en parler ? Comment être justes sans être trash ni triviales ? Comment s’insurger sans être prudes ni moralisatrices ? Comment poser les mots sur ce qui s’étend au-delà d’un âge, d’un genre, d’un simple clic sur internet ?

Parce que oui, des femmes en consomment. Parce que oui, votre jeune enfant en a déjà vu. Parce que oui, votre ado pose un regard différent sur les filles depuis. Parce que oui, ce collègue que vous estimez en est possédé.

Parce que pour cesser de banaliser ou de nier, il faut peut-être déjà commencer à en parler. Simplement mais honnêtement.

Alors, ce mois-ci, on vous emmène avec nous au cœur de cette problématique délicate et pourtant si fondamentale.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *