J’ai 40 ans et j’ai testé pas mal de contraceptions …


J’ai 40 ans et j’ai testé pas mal de moyens de contraception selon les étapes de ma vie.

D’abord, le seul dont j’avais entendu parler et qui m’est apparu comme une évidence : la pilule. Simple, pratique, efficace. Je l’ai prise plusieurs années, sans désagréments.

Puis je me suis mariée, j’ai arrêté la pilule et suis tombée enceinte rapidement, à 30 ans. Ma gynéco me suggère ensuite l’utilisation de spermicides. Avec ces ovules s’appliquant avant un rapport sexuel, adieu la spontanéité !

Après la naissance de notre 2ème, je reprends la pilule mais cette fois, je subis une vraie chute de libido, déstabilisante pour ma vie de couple. On entend peu évoquer cet effet secondaire, pourtant, en discutant, je réalise que ce n’est pas rare. Je choisis donc d’arrêter la prise des hormones, de retrouver mes cycles naturels et de recourir aux préservatifs.

Après notre 3ème enfant, me sachant très fertile avec des cycles irréguliers, je cherche cette fois une méthode sûre à mes yeux. Je me lance dans la pose d’un implant contraceptif. Les premiers mois se passent bien, mais rapidement, ce corps étranger dans le bras m’agace et surtout, je vois revenir la baisse de libido que j’attribue désormais aux hormones.

L’étape suivante sera le stérilet au cuivre. Mes cycles sont un peu plus courts, mes règles plus longues et plus abondantes, mais cela reste raisonnable. Je me sens plus en harmonie avec mon corps que lorsque je prenais des contraceptifs hormonaux, avec des règles quasi inexistantes. Mais je n’aurais pas aimé l’idée de porter un stérilet avant d’avoir mes enfants. Je reconnais aussi que je ne suis pas très à l’aise avec les enjeux du stérilet.

Les méthodes naturelles m’auraient tentée avant, mais je ne leur fais pas confiance en période de pré-ménopause et l’idée d’un enfant imprévu à 45 ans m’angoisse. Sans compter la difficulté de gérer la frustration de l’abstinence au moment où le désir féminin est le plus fort. Avec mes cycles longs et irréguliers, j’ai l’intuition que ce n’est pas pour moi.

Alors ai-je trouvé la contraception idéale ? Non, je me contente de celle qui convient le mieux à notre couple, notre histoire, nos capacités et envies.



✍🏻 Clémence

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *