Anne et ses 4 filles en pleine nature.

Ancienne parisienne, Anne vit aujourd’hui dans un chalet à la montagne avec son amoureux et leurs 4 filles. Elle nous confie le grand bouleversement de leur quotidien qui est désormais rythmé par la nature omniprésente et la simplicité en tout.

« Mon amoureux et moi pensions être d’indécrottables parisiens… mais avec 4 filles dans notre petit appart nous commencions à être un peu à l’étroit. Et, surtout, nous nous sentions de moins en moins en phase avec la frénésie parisienne. A chaque vacances ou week-end passés ailleurs, nous avions vraiment la sensation que nos filles s’épanouissaient mille fois plus au grand air !

En 2016, sur un coup de tête, nous avons sauté le pas et débarqué dans un petit village de montagne. Un chalet en bois entouré d’un immense jardin, avec la forêt au bout de la rue. Le premier été, les filles ont passé leur temps à courir pieds nus à travers champs, ça peut paraître un peu « cliché » mais ça a été une révélation !

Moi qui craignais que leurs petites habitudes de citadines leur manquent, j’étais plus que rassurée ! Les cartons de jouets n’ont même pas été déballés avant plusieurs semaines, les filles étaient tellement heureuses dans le jardin à bidouiller et patouiller avec ce qu’elles trouvaient. Elles découvraient aussi la vie dans un village où on peut laisser les enfants se déplacer seuls, faire du vélo, aller chercher des œufs à la ferme d’à côté, partir construire une cabane dans la forêt…

Avril qui avait 7 ans 1/2 à notre arrivée l’a très bien résumé en s’exclamant au bout de quelques semaines « moi ce que j’aime ici c’est la LIBERTÉ ! » ou Venise qui a vite décrété qu’elle était « une fille de la nature » !

Nous avons, en déménageant, sérieusement diminué nos revenus mais avons découvert que la simplicité avait du bon : moins d’achats futiles ou inutiles, une alimentation plus saine, locale, plus besoin ni envie de jolis vêtements.

La nature nous la vivons au quotidien : des balades, des herbiers (nous avons appris à reconnaître plus d’une centaine de fleurs !), chercher et identifier les traces d’animaux, reconnaître le chant des oiseaux, élever des têtards, cueillir des champignons, ramasser et collectionner les « trésors » ou tout simplement observer le ciel et les nuages.

Quelle joie d’entendre les filles m’appeler pour s’extasier devant un coucher de soleil ou l’ombre d’un arbre sur le mur !

Les filles ont très vite adopté cette nouvelle vie au plus proche de la nature… grimper aux arbres, se tremper les pieds (voir plus) dans la rivière, jouer dans et avec la boue… que du bonheur pour elles ! C’est tellement plus simple et facile que notre vie d’avant… aller au square en trimballant la trottinette, les jouets pour le bac à sable etc… ici on ouvre la porte et zou, amusez-vous !!!

Alors oui elles prennent parfois des risques (ma frayeur en voyant Avril grimper dans un épicéa à plus de 15 mètres du sol) elles se salissent et trouent leurs vêtements, elles ont moins l’air de petites filles modèles qu’avant… mais elles vivent pleinement leur enfance et ça n’a pas de prix !« 

Articles recommandés

2 commentaire

  1. Merci pour ce joli texte !

    1. Merci à vous pour vos encouragements ! Ils nous sont très précieux.

Les commentaires sont fermés.