Amitié & Intimité

« On se dit tout », tout est dit sur l’intensité de l’amitié.

Plus on en dit, plus on est amies. Tout y passe, le menu du petit déjeuner, l’odeur de la voisine du métro, l’étreinte amoureuse de la veille, le ras le bol des enfants, la condition féminine au 21ème siècle. C’est stimulant, intéressant, passionnant même. Je parle de tout, je raconte tout, elle entend tout, elle sait tout. Mais est-ce qu’elle écoute et comprend tout ?

Peut-être que non. Le risque est de se perdre au passage. Qu’elle considère tout comme futile et qu’elle perde l’information essentielle parmi tout ce bavardage. Foutue période qui libère la parole et couronne la futilité, la légèreté et engendre ces amitiés « à l’américaine ».

Mais peut-être aussi qu’elle n’en perd pas une miette. Qu’elle fait attention à tout, qu’elle chérit les détails. Que pour elle c’est plus facile de comprendre ainsi. N’avons-nous pas besoin aussi de ces détails, de ces précisions ? Beaucoup critiquent, ne comprennent pas, et parfois même désertent les réseaux. D’autres pensent que l’intimité aujourd’hui prend une forme trop différente, qu’elle se raconte, à coup de notes vocales et de photos instantanées, qu’elle s’exprime par le temps passé à se raconter « un peu de tout ».


Il y a aussi celles à qui on ne va pas tout dire, celles pour qui les détails sont insignifiants.

Pas besoin de tout ça pour comprendre l’essentiel. On ne parle pas des loupés quotidiens, mais des chagrins profonds et des doutes existentiels. Une lettre, un coup de téléphone qui dure, ça suffit.

Et si on se rappelait qu’en amitié, tout est possible ? N’est-ce pas sa richesse que de choisir nos propres règles du jeu ? L’amitié n’est-elle pas le lieu de liberté où les choses peuvent se déployer comme on le souhaite ?

Chaque amitié s’exprime à sa manière : il s’agit d’intimité. Il s’agit de se comprendre, de s’adapter, de créer son propre commerce relationnel.

Car peut-on mesurer une amitié au degré de détails échangés ? Le tout dire est-il le gage d’une amitié forte ? Le trop-partager rime-t-il uniquement avec futilité ?


Veillons, à ne pas faire de nos amitiés une performance ou une norme, mesurable par la seule jauge de l’intimité.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *